Le meilleur âge pour commencer votre portefeuille immobilier

La question fréquente pour ceux qui cherchent à investir dans l’immobilier est la suivante « Quel est le meilleur âge pour commencer un portefeuille ? ». « Il y a vingt ans » est une réplique populaire, et assez juste si l’on considère combien la valeur des propriétés a augmenté au cours de cette période. Mais en attendant que le voyage dans le temps devienne possible, mettons ça de côté. Deux autres réponses pratiques sont « dès que possible » et « quand vous êtes jeune ». Si l’âge ne devrait pas être un obstacle à l’investissement immobilier, la majorité des avis soulignent qu’il vaut mieux commencer à investir quand on est plus jeune. Nous verrons ici pourquoi et si l’investissement immobilier est toujours possible pour les personnes qui ont atteint ou approchent de l’âge de la retraite.

Pourquoi il vaut mieux investir dans l’immobilier en étant jeune ?

La propriété est considérée comme un investissement à long terme ; plus vous la gardez longtemps, meilleur est l’investissement et plus vous pouvez en tirer des bénéfices. Étant donné que la plupart des prêts hypothécaires ont une durée de vingt à trente ans ou plus, il est logique de commencer le plus jeune possible pour rembourser le prêt et de disposer ensuite d’un délai décent pour réaliser des gains plus importants sans aucun remboursement bancaire. Et si l’on garde à l’esprit la hausse de la valeur des biens sur certains marchés, il y a des rendements impressionnants si vous conservez un bien d’investissement pendant quarante ou cinquante ans. Les personnes qui ont vingt ou trente ans ont également le bénéfice du temps, qui est un élément clé dans l’investissement immobilier. Le temps donne aux investisseurs plus de possibilités de se constituer un portefeuille de plusieurs propriétés s’ils le souhaitent, d’augmenter considérablement leurs revenus et de se préparer à une retraite confortable avec des revenus passifs, si tout se passe comme prévu. En outre, les jeunes sont généralement plus flexibles et ont moins d’engagements pour subvenir aux besoins d’une famille, ou d’autres obligations financières. Ils prennent généralement plus de risques aussi, ce qui pourrait rapporter gros, mais ils ont aussi le temps de se rattraper si un investissement tourne mal. Enfin, le fait de commencer jeune donne à l’investisseur la possibilité de profiter de plusieurs cycles immobiliers complets, qui durent généralement de sept à dix ans. Cela leur donne le temps de surmonter les difficultés, de connaître plusieurs hauts et de disposer de leur propriété au moment qui leur convient le mieux, s’ils le souhaitent. Cependant, l’âge ne devrait pas être un obstacle à l’investissement immobilier et il y a certainement des avantages à tirer pour les personnes qui ont plus de vingt ou trente ans. Parfois, il suffit de quelques considérations supplémentaires, d’une planification et d’une stratégie approfondie pour que cela fonctionne.

Investir à la quarantaine

Si vous avez la quarantaine, il vous reste encore beaucoup de temps pour investir et vous constituer un pécule pour votre avenir. En fait, beaucoup de nouveaux investisseurs ont aujourd’hui la quarantaine (c’est la nouvelle trentaine, après tout). Les investisseurs de quarante ans ont certains avantages par rapport à leurs homologues de 20 ans. Ils bénéficient de l’expérience et ont généralement un style de vie plus stable qui leur permet de mieux faire face aux dépenses et à l’attention constante requise pour investir dans l’immobilier. En général, les quadragénaires ont encore entre vingt et vingt-cinq ans de travail à effectuer, ce qui est suffisant pour rembourser un prêt hypothécaire. Et si l’on considère l’augmentation des prix de l’immobilier en vingt ans seulement, des gains importants peuvent être réalisés pendant cette période pour contribuer positivement à la retraite.

Investir pour les plus de cinquante ans

Si vous avez la cinquantaine, il vous reste suffisamment de temps pour acheter un bien immobilier et voir un cycle complet de propriété, ce qui signifie que vous pouvez toujours bénéficier d’un investissement immobilier. À la fin de la cinquantaine et au début de la soixantaine, les choses commencent à se compliquer pour les nouveaux investisseurs, et l’immobilier devient un investissement plus risqué, ce qui signifie que quelques facteurs supplémentaires doivent être pris en compte. Tout d’abord, la propriété est un investissement à long terme et l’investisseur doit envisager de manière réaliste les gains qui peuvent être réalisés pendant la période où il est susceptible de détenir la propriété. Il peut également être plus difficile d’obtenir un prêt immobilier à cet âge, car de nombreuses banques se demanderont combien de temps vous resterez sur le marché du travail et si vous serez en mesure de rembourser le prêt sans avoir un revenu de travail stable.

Si vous êtes déjà à la retraite, il est toujours possible d’investir dans l’immobilier, mais il y a quelques points que vous devez examiner attentivement. La première étape pour un investisseur à l’âge de la retraite ou proche de l’âge de la retraite devrait être de consulter un conseiller financier. Il peut vous aider à déterminer s’il s’agit de l’investissement qui vous convient et, si c’est le cas, à élaborer une stratégie d’investissement spécifique avec des objectifs réalistes et un plan pour y parvenir. En outre, ils peuvent vous aider à naviguer sur les eaux troubles de la fiscalité et des pensions de retraite, où les règles changent et deviennent plus complexes au moment de la retraite. Si vous avez tenu compte de tous ces facteurs et que vous décidez que l’investissement immobilier est le bon choix pour vous, il y a quelques éléments que vous pourriez considérer comme une perspective plus attrayante pour les prêteurs. Il peut s’agir d’un dépôt plus important pour éviter l’assurance hypothécaire des prêteurs et d’un prêt à plus court terme si vous êtes en mesure de le financer. Vous devez également disposer d’une stratégie de sortie claire sur la manière dont vous allez éventuellement vous défaire de la propriété.