Quels sont les différents types de baux commerciaux disponibles ?

Publié le : 16 octobre 20236 mins de lecture

Pour louer un local commercial, il faut non seulement bien connaître le marché immobilier, mais il faut aussi déterminer quel type de bail commercial on veut établir. Il existe trois principaux types de baux commerciaux pour les professionnels, qu’ils soient artisans, libéraux ou commerçants. Les baux commerciaux se distinguent avant tout par la durée du contrat et les protections juridiques qui y sont attachées. Afin de bien choisir son bail, il faut avant toutes choses réussir à définir ce dont vous avez besoin pour votre local. Il faudra aussi savoir anticiper la fin de son bail pour pouvoir négocier son renouvellement dans les meilleures conditions possibles. Le bail commercial, quel que soit son type, inscrit les règles de la location et est donc un document extrêmement important. Non seulement le contrat indique le montant du loyer, la durée de la location, l’activité exercée dans le local ou encore si le bailleur peut effectuer des sous-locations. Voici maintenant les trois types de baux commerciaux qu’on retrouve le plus couramment. Il existe aussi le bail commercial professionnel, plutôt destinés aux professions libérales et qui dure 6 ans. Vous pouvez aussi souscrire un bail commercial à construction de 12 ans pour construire votre propre local sur un terrain nu. Il est donc impératif de trouver le bail qui s’adaptera le mieux à votre projet commercial, d’autant que chaque bail est un engagement de plusieurs années.

Le bail commercial classique

Parmi les différents baux commerciaux, le bail commercial classique est de loin le plus courant. Aussi appelé 3-6-9, il se distingue par sa longévité. Établi pour une durée minimale de 9 ans, il se renouvelle tacitement tous les 3 ans. C’est un type de bail parfait pour les professionnels qui ont besoin d’une stabilité dans leur location. Cela évite ainsi d’explorer le marché immobilier pour trouver un autre local commercial. Il est conseillé d’établir un bail commercial classique pour les commerces durables, bien implantés sur le territoire et que vous ne souhaitez pas faire déménager de si tôt. Mais avant de déterminer quel bail commercial peut vous convenir, il vous reste encore à trouver un bien qui correspond à votre activité commerciale. En visitant un site comme Geolocaux, vous trouverez sans aucun doute votre bonheur. Le marché des locaux commerciaux est très vivace et les offres ne cessent d’affluer. Il faut cependant bien peser le pour et le contre avant de s’engager sur un local. Est-ce que le quartier convient à votre activité ? Où sont les concurrents déjà implantés sur le territoire ? Est-ce que le prix du loyer et des charges sont viables pour votre activité ?

Le bail dérogatoire

Pour bien louer un local commercial, il faut savoir ce que l’on fait et ne pas hésiter à suivre des conseils. Le bail dérogatoire a une durée moindre comparé aux baux commerciaux classiques. Ne durant que 3 ans, le bail dérogatoire n’est pas renouvelé automatiquement. C’est donc un contrat particulièrement adapté aux commerces éphémères et saisonniers, ainsi que pour les professionnels qui tentent une première aventure avant de solidifier leur activité sur un temps plus long. Il est dit que pour s’assurer de la pérennité d’un commerce, il faut attendre les 3 premières années pour pouvoir vérifier les résultats de l’étude de marché, tester sa stratégie de communication, être visible sur le territoire et attirer des clients devenus réguliers. C’est pour toutes ces raisons qu’il est fortement conseillé de vérifier la conformité du bail vis-à-vis de la réglementation en vigueur, qu’il comporte toutes les clauses obligatoires. Pour ce qui est des clauses facultatives, il ne faut pas hésiter à les négocier avec le propriétaire, si possible en se faisant accompagner par un professionnel.

Le bail précaire

Le bail précaire est le contrat qui vous offre le plus de flexibilité. Il est donc idéal si on souhaite acheter ou louer un bail commercial. D’une durée maximale de 2 ans, il est néanmoins renouvelable à l’issue de ces 24 mois tant que le propriétaire est d’accord. Le bail précaire est adapté aux professionnels qui lancent une nouvelle activité, mais comporte aussi quelques désavantages. En effet, si le propriétaire n’est pas d’accord et ne souhaite pas renouveler le contrat, le bail est contraint de cesser. De plus, 2 ans suffisent à peine pour s’assurer que son aventure commerciale pourra se pérenniser sur un temps long. Au-delà de ces questions, la durée du bail détermine aussi la période de révision du loyer. Partir sur un bail de 3 ans permet donc que le loyer ne soit révisé que de façon triennale. En fonction du contrat, il est aussi possible de déterminer sous quelles conditions le bail peut prendre fin à l’initiative du loueur. Il faut donc veiller à bien lire les contrats avant de les signer, et ne pas hésiter à négocier pour établir les conditions qui vous conviennent le plus et sont adaptées à votre type d’activité commerciale.

Plan du site