Les points à surveiller dans un appartement ancien Paris

immobilier ancien

Méfiez-vous du charme de l’immobilier ancien à Paris qui peut cacher certains écueils : parquets qui grincent, cloisons en papier, canalisations vétustes. Dans tous les cas, renseignez-vous  sur l’année de construction du logement que vous convoitez. Son âge vous fournira de précieuses indications sur les détails à vérifier.

Depuis une dizaine d’années, la majorité des habitations sont dites «passives» c’est-à dire qu’elles produisent autant d’énergie qu’elles en consomment, voire davantage. Bien isolées, elles sont aussi bien équipées. A l’inverse, si on recherche un appartement ancien à Paris il faudra se monter vigilant par rapport à certains points. Par exemple, il y a certaines périodes de construction à éviter comme celle de la reconstruction d’après-guerre, où l’on a bâti vite et pas forcément bien. Il en va de-même pour les années ayant précédées la crise pétrolière, quand les économies d’énergie ne constituait pas la préoccupation majeure et qu’on chauffait sans compter. Dans tous les cas, il faut se renseigner sur l’année de construction du logement que vous convoitez. Son âge fournira de précieuses indications sur les détails auxquels il faudra faire attention. Les appartements datant des XVe, XVIe et XVIIe siècles sont souvent situés dans d’anciens hôtels particuliers découpés tardivement. Cheminées, tommettes et plafonds à la française (poutres aussi larges que les intervalles), ils ne manquent pas de cachet. Mais moins attrayant,  les pièces en enfilade car il a fallu attendre le XVIIIe siècle pour voir apparaître les premiers couloirs, en même temps que les immeubles collectifs.

Les isolations ont été assez bonnes dans les années 1920 mais se sont détériorées subitement avec l’arrivée des premières structures en béton, même dans les immeubles de haut standing. A surveiller : les canalisations en plomb, et les traces d’humidité dues à l’absence de cave ou de vide sanitaire. Les années d’après-guerre ont contribué à créer un urbanisme de masse avec des bâtiments sans charme et des logements trop denses, véritables passoires thermiques et phoniques.

La première qualité des appartements haussmanniens sont  les volumes : de belles hauteurs sous plafond, grandes fenêtres, vastes halls d’entrée. Du coup, il a été très facile de les découper en plusieurs appartements. Grâce aux murs épais, il suffit souvent d’installer du double vitrage pour satisfaire les normes thermiques actuelles. Soyez toutefois vigilant à l’isolation phonique, qui dépend énormément de la qualité de la découpe en plusieurs appartements. Mieux vaut également vérifier l’épaisseur des cloisons qui ont été posées plus récemment.

——————————
Merci à : Referencement gratuit